Accueil




dans Livresse

Archives



Hit-Parade







Courrier
Éditeur:
editeur@livresse.com
Webmestre:
info@livresse.com

Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 

La saison des prix - Automne 2002
Nobel


Mise à jour : octobre 2002

«L'individu peut-il encore penser?»
Le Nobel 2002 à l’écrivain hongrois Imre Kertész

Le prix Nobel de littérature pour l’année 2002 a été attribué à l’écrivain hongrois Imre Kertész « pour une œuvre qui dresse l’expérience fragile de l’individu contre l’arbitraire barbare de l’histoire ».

L'œuvre d'Imre Kertész examine si la possibilité de vie et de pensée individuelles existe encore à une époque où les hommes se sont subordonnés presque totalement au pouvoir politique.

Son œuvre revient continuellement sur l'événement déterminant de sa vie : le séjour à Auschwitz où il fut déporté adolescent lors des persécutions nazies des Juifs hongrois.

Pour l'écrivain, Auschwitz ne constitue pas un cas d'exception, tel un corps étranger qui se trouverait à l'extérieur de l'histoire normale du monde occidental, mais bien l'illustration de l'ultime vérité sur la dégradation de l'homme dans la vie moderne.

D'apres la conviction de Kertész, vivre, c'est s'adapter. La faculté d'adaptation du prisonnier à Auschwitz est une expression du même conformisme que celui qui règle notre quotidien et notre vie sociale. Par ce raisonnement, l'auteur se rattache à l'école de penseurs qui dichotomise vie et âme.

Il achève son analyse existentielle implacable en représentant l'amour comme le comble de l'adaptabilité, la capitulation totale devant la volonté d'exister à tout prix. Pour Kertész, la spiritualité chez l'homme se révèle dans son incapacité à vivre. L'expérience de l'individu semble infructueuse dans la perspective des besoins et des intérêts de la collectivité humaine.



Source : Extraits - Académie Suédoise







Commentaires et suggestions