Accueil

Recherche dans les pages de Livresse

Archives - Tour
Août 2001
Juillet 2001
Juin 2001
Mai 2001
Avril 2001
Mars 2001
Janv.-Fév. 2001
Décembre 2000
Nov.-Décembre 2000
Octobre 2000
Sept. 2000 - Page 2
Sept. 2000 - Page 1
Juillet-Août 2000
Juin 2000
Mai 2000
Avril 2000
Mars 2000
Février 2000
Janvier 2000
Nov.-Déc. 1999



Hit-Parade



Courrier
Éditeur:
editeur@livresse.com
Webmestre:
webmestre@livresse.com



Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 




Mars 2000

Au revoir, Charles Schutz
Le dessinateur Charles Schulz nous a faussé compagnie. Il est mort chez lui dans la soirée du 12 février, laissant dans le deuil 335 millions de lecteurs assidus. Il avait 77 ans. La première bande dessinée de "Peanuts" avait paru le 2 octobre 1950, et la dernière publication quotidienne le 3 janvier dernier, une période au cours de laquelle furent éditées quelque 18,250 planches. Les dessins de Schulz étaient publiés tous les jours en 21 langues, dans 2,600 journaux de 75 pays, une industrie qui, avec les produits dérivés, générait un chiffre d'affaires de plus de 1,1 milliards de US$ (7,3 milliards de FF). Ce qui laissait au dessinateur un pécule personnel de 30 à 40 millions US$ par an.

Les origines françaises de l'auteur Jack Kerouac

Le célèbre auteur américain Jack Kerouac, décédé en 1969, avait des racines bretonnes. Il était né à Boston, en 1922, sous le nom de Jean-Louis Kerouac. Mais ses racines remontent à Urbain-François Le Bihan de Kervoac, fils de notaire dans le Finistère, qui en 1725 quitte pour la Nouvelle-France à la suite d'un scandale. À la fin du XIXe siècle, la famille de Kervoac prend le chemin des Etats-Unis, à Lowell, au Massachussets, où elle rejoint une communauté francophone nombreuse qui travaille dans les filatures. Jusqu'à la fin de ses jours, Kerouac avait désespérément recherché ses origines. Le voile a été levé après plusieurs années d'enquête dont les résultats sont publiés dans un livre récent, «Jack Kerouac: au bout de la route, la Bretagne», de Patricia Dagier et Hervé Quemener. La section Actualité Livres de Reality Net News offre un article intéressant sur la quête généalogique de Kerouac, mais c'est un peu lent à télécharger.

Pas de texte, pas d'argent
Le poète Claude Le Heurteur est mort en 1625 sans qu'aucun de ses textes ne nous parvienne. N'empêche qu'un prix littéraire a été baptisé de son nom... mais le gagnant ne reçoit aucune somme d'argent. Cette année il a pour nom Philippe S. Hadengue, honoré pour son roman L'Exode, chez Pauvert.


Les internautes choisissent le succès de Nathalie Nothomb
Amélie Nothomb, pour Stupeur et tremblements (Albin Michel), a mérité le premier Prix Internet du livre. L'histoire: la descente aux enfers d'une française dans une entreprise japonaise, et l'analyse désopilante d'un système impitoyable où l'individu n'existe que dépossédé de lui-même. Le roman faisait partie d'une sélection de vingt titres retenus par des personalités et quelque 930 internautes. Ce prix a été créé avec le soutien de L'Express, de France-Loisirs et de TF1.

La belle et la bête
La belle, c'est Shania Twain, la bête Pierre Trudeau, l'ex-premier ministre canadien. Mais que viennent faire ici cette jeune chanteuse et ce politicien à la retraite qui caresse la «quatre-vingtaine» ? Les deux noms apparaissent au sommet de la liste des hommes et des femmes les plus sexy du Canada, publié dans un nouveau livre, «The Great Canadian Book of Lists». Pas très littéraire. Mais enfin... c'est un livre, non?

Palacios parti, le capitaine MacCoy se joint aux orphelins
Le capitaine Mac Coy se joint dans le deuil à Snoopy et Charlie Brown. Lui aussi est devenu orphelin, en février, à la suite de la mort de son auteur, le dessinateur espagnol Antonio Hernandez Palacios, décédé à 78 ans, tout juste un an plus vieux que Charles Shulz. MacCoy avait été créé en 1974, en association avec le Français Jean-Pierre Gourmelen. Dargaud a publié 20 albums Mac Coy.

La Jument verte perd son réalisateur
Claude Autant-Lara, qui avait réalisé en 1946 la version cinématographique du roman «Le Diable au corps», de Raymond Radiguet, est décédé le 5 février, à l'âge de 98 ans. On lui doit 51 réalisations, de 1923 à 1977, dont la «Jument verte» en 1959. Ces deux derniers films ont été «Le rouge et le blanc», en 1972, et «Gloria», en 1977 . Il était le 5 août 1901 à Luzarches, en France.






Commentaires et suggestions