Accueil




dans Livresse

Hit-Parade







Courrier
Éditeur:
editeur@livresse.com
Webmestre:
webmestre@livresse.com

Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 


Victor Hugo souhaitait que son oeuvre tombe dans le domaine public et le Tribuanl a respecté cette volonté en rejetant la prétention des héritiers de bloquer la publication d'une suite au roman Les Misérables

Pour commander ce livre

France/Europe
Cliquez ici

Québec/Canada
Cliquez ici

Bibliothèque Livresse
Les Misérables
(Texte intégral)
Notre-Dame-de-Paris
(Texte intégral)
Hugo sur le web
Biographie de Victor Hugo
Notes bio-bibliographiques
La maison de Victor Hugo
Poésie française: les oeuvres de Victor Hugo
Victor Hugo, le poète
Les châtiments de Victor Hugo
Site officiel de Guernesey
Listes des manifestations du bicentenaire de 2002
Société des amis de Victor Hugo
Portail Victor Hugo
À lire
Notes biographiques : il voulait être Chateaubriand. Il fut plus
L'an 2002, une année de multiples célébrations
Pas d'interdiction pour la suite des misérables
La suite des Misérables sème la controverse
Le tribunal tranche
Pas d'interdiction pour la suite des Misérables

LIVRESSE (13 septembre 2001) – Le Tribunal a tranché «en faveur» de Victor Hugo qui, à son avis, était un ardent opposant à toute forme de censure et souhaitait que ses ouvrages tombent dans le domaine public.

Du même coup était donc rejetée comme irrecevable la requête de Pierre Hugo et des descendants du célèbre écrivain qui voulaient faire interdire la publication de «Cosette ou le temps des illusions», la suite du roman «Les Misérables» écrite par l'écrivain François Cérésa.

Le Tribunal s'est largement inspiré des écrits et des volontés exprimés par Victor Hugo, au sujet de ses oeuvres, pour rendre sa décision.

«L'écrivain, en tant qu'écrivain, n'a qu'un héritier, c'est l'héritier de l'esprit, c'est l'esprit humain, c'est le domaine public". Cette déclaration passée de Hugo a été reprise et citée par le Tribunal, à l'occasion du jugement.

De plus, Hugo avait écrit dans son testament en 1884 qu'il léguait tout ce qui était écrit ou dessiné de sa main à la Bibliothèque nationale.

La publication, le 3 mai dernier, de la suite des Misérables, avait semé la controverse en France. Le livre a été commandé par Plon à François Cérésa, écrivain et journaliste au Nouvel Observateur.

Ce premier livre, qui sera suivi d'un deuxième sous le titre «Marius ou Le Fugitif», n'est toutefois pas la première suite des Misérables. Harper & Collins, aux États-Unis, ainsi que Lattès en France ont déjà publié des suites par le passé sans que cela soulève de controverse.

Ce n'est pas non plus la première fois qu'une suite à un best-seller est écrite. Il y en aurait eu une quarantaine uniquement pour Les Trois Mousquetaires. Une suite au célèbre roman de Margaret Mitchell, Autant en emporte le vent, s'est révélée un succès de librairie dont la version française s'est vendue à un million d'exemplaires en France.









La boutique
Victor Hugo
Cliquez ici


Commentaires et suggestions