Accueil

Recension du livre
Hannibal le best-seller

Courrier
Éditeur:
editeur@livresse.com
Webmestre:
webmestre@livresse.com



Hit-Parade







Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 


Hannibal, de Thomas Harris, un best-seller international publié en français par Albin Michel.
Hannibal
Au plus profond de
l'horreur et de la perversion

Une promenade dans la Florence historique. Un détour dans les replis sinueux du cortex cérébral de protagonistes tordus. Une incursion dans les machinations et les manipulations politiques au sein du FBI. Une glissade au plus profond de l'horreur.

Dans tout bon roman, personnages et scénario doivent sortir de l'ordinaire. Dans Hannibal, le dernier best-seller de Thomas Harris, la suite du Silence des agneaux, rien n'est ordinaire.

Ce psycho-thriller ouvre ses pages sur un sympathique agent féminin du FBI, Clarice Starling. Voilà notre héroïne, celle que nous avons connue sous les traits de Jodie Foster, au grand écran, celle qui, toute jeune, s'enfuyait sur sa jument Hannah pour ne pas entendre les cris des agneaux qu'on sacrifiait.

Mais aussi celle capable d'abattre en quelques secondes de menaçants bandits, même une trafiquante de drogue avec son enfant dans les bras.

Traits de personnalité contradictoires

Cette contradiction sur fond de personnalité, Harris nous la sert aussi avec le Docteur Hannibal Lecter, le méchant avec lequel on en arrive à sympathiser, et Mason Verger, la victime, qu'on détestera tout le long du livre.

Faut cependant avouer qu'il est plutôt facile de manifester de la haine pour une victime dont le passe-temps préféré est de terroriser des enfants, puis d'assaisonner son Martini sec avec leurs larmes.

La sympathie autour de Lecter se nourrit des détails de son passé qui nous sont révélés au fil des pages, notamment le sort réservé à sa jeune soeur Mischa lors de la retraite des troupes allemandes, au terme de la campagne de Russie, durant la Seconde Guerre mondiale. Mais aussi les critères de sélection de ses victimes.

Lecter, Verger et Starling, le méchant recherché, la victime assoiffée de vengeance et la policière sans reproche sont les trois protagonistes de ce roman où le sadisme, la déchéance, la dépravation, le vice, la folie et l'exagération s'unissent pour livrer une histoire d'horreur à vous glacer le sang.

Un scénario extrême

Le mal et la débauche psychologique y sont poussés à un extrême qui ne peut laisser personne indifférent. Une exploration dans les dédales les plus noirs du comportement humain, une aventure parmi les psychopathes les plus déraillés qu'on puisse imaginer.

L'oeuvre de Harris a aussi ses quelques défauts. La description de la personnalité de Clarice Starling, via ses exploits policiers, de même que celle d'un policier enquêteur italien, versent un peu trop dans le roman savon. L'auteur saute aussi à l'occasion de l'indicatif présent à l'imparfait ou au passé simple dans sa narration. Quel que soit l'effet recherché, le résultat agace.

Petites anomalies de traduction

Des fautes de traduction aussi. Le traducteur a inventé la pièce de monnaie de "quinze cents" (page 399). Il y a bien des pièces américaines de un, cinq, dix et vingt-cinq cents (le pennie, le nickel, le dime et le quarter), mais pas de "quinze cents". On a droit aussi aux "Feuilles d'érable" l'équipe de hockey sur glace de Toronto, au Canada. Personne n'emploie cette expression dans la francophonie canadienne, pas même au Québec. Partout, les Maple Leafs demeurent les Maple Leafs.

Ces petits défauts ne parviennent toutefois pas à ébranler l'ensemble de l'oeuvre.

 


Commentaires et suggestions