Accueil

Recherche dans les pages de Livresse
dans Livresse



Hit-Parade






Pour nous écrire



Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 


Jacques Lanzmann

Rue des Rosiers, Jacques Lanzmann
Jacques Lanzmann, dont le dernier roman, Rue des Rosiers, racontent une histoire riche ne révélations, a été mis en nomination pour le prix littéraire 2002 de la Fondation Prince Pierre de Monaco.

Bibliothèque Livresse
Rue des Rosiers
Sur le web
«Je me prononce pour le patois auvergnat contre la francophonie»
Ces écrivains qui connaissent la chanson
À lire
Biographie : une oeuvre sous le signe de l'aventure
Une oeuvre sous le
signe de l'aventure

Né en 1927, Jacques Lanzmann est un marcheur infatigable (Le fou de marche, 1985) qui mène une vie d’aventures et fait l’expérience «de la misère et du merveilleux».

Ayant pratiqué de nombreux métiers - ouvrier agricole, artiste peintre (1948-1955), mineur au Chili (1952-1953) - il entre en littérature en 1954 avec La glace est rompue.

Outre une production régulière de romans à partir de 1954, sa carrière littéraire est marquée par son activité de critique dramatique aux Lettres françaises, de journaliste à L’Express (1960-1962), par la création avec J.C. Lattès d’Editions spéciales et la création et la direction littéraire de la société «Jacques Lanzmann et Seghers éditeurs».

Il est aussi producteur de films, scénariste entre autres de films de Philippe Labro, chroniqueur sur la chaîne Voyage (depuis 1997) et auteur de plus de 150 chansons dont de nombreuses chansons pour Jacques Dutronc.

L’œuvre de Lanzmann se place sous le signe de l’aventure ; largement autobiographique, elle rapporte les pérégrinations de l’auteur. On suit son enfance et son adolescence dans Le têtard (1976), son passage dans la Résistance dans Qui vive (1965), ses voyages dans La glace est rompue (1954), Le Rat d’Amérique (1956) qui porte notamment témoignage de la condition des exploités, ou dans Cuir de Russie (1957).

Certains de ses livres élaborent des fictions plus proprement romanesques : Mémoire d’un amnésique (1971), Tous les chemins mènent à soi (1979), La Baleine blanche (1982), Le lama bleu (1983), Le septième ciel (1985), Le raja (1995). Quant à La rue des mamours (1981), c’est une tentative pour voir le monde par les yeux d’un petit garçon.

Lanzmann affectionne les situations à la fois burlesques et tragiques. Jacques, le héros picaresque de plusieurs de ses romans, a différentes obsessions : il est juif, rouquin, tenaillé par le désir sexuel.

Il fait son apprentissage de la vie en traversant un monde qu’il ne comprend jamais tout à fait ; le regard qu’il porte sur les choses est un mélange de rouerie, de tendresse et d’humour, et, comme Lanzmann lui-même, il «s’en tire avec une pirouette, parce que c’est dans [son] tempérament».

Sa truculence vient en grande partie d’une liberté à l’égard de la langue populaire et du goût pour le jeu avec les mots.

Le fils de l’Himalaya (1997) et La mémoire des dieux (1998) forment un diptyque et partent d’une situation similaire : la révélation d’un enfant.

Alexandre, le narrateur du Fils de l’Himalaya apprend qu’il est le père d’un petit sherpa de dix ans, Hima. Le géniteur est en fait son frère Jean, mort trois semaines auparavant.

Quant à Clara Scheller, la «déesse» de La mémoire des dieux, elle apprend à soixante-neuf ans qu’elle a un petit fils, Hima.

N'oublie jamais qui nous sommes (1999) et Imagine la terre promise (2000) qui forment un diptyque intitulé La tribu perdue mettent en scène les Manassés, des Juifs légendaires, qui ont traversé trois mille ans d'Histoire en gardant intacts leur foi en Dieu et leur espoir en Israël.

2800 ans après leur expulsion du Royaume d'Israël, Jacques Lanzmann les a suivis à travers les mondes de l'exil et a rassemblé leur légende. Elle est somptueuse et cruelle.

Son dernier roman, Rue des Rosiers (2002), - lieu mythique de l’immigration juive - entraîne le lecteur dans une histoire chargée d’événements tragiques et riche en révélations.

Noan, jeune fleuriste amoureux des roses, rencontre Charme, une historienne hantée par les souffrances du peuple juif. Pour s’aimer, ils devront élucider le destin d’une famille disparue, dont Charme habite l’appartement.

Les jumeaux Rosenweig ont-ils été sauvés de l’Holocauste pour grandir sous de faux noms ? Noan serait-il par une incroyable coïncidence le fils de l’un d’eux ?










Qui est Oussama ben Laden ?




Pour écrire à Livresse.com : cliquez ici