Accueil

Recherche dans les pages de Livresse
dans Livresse
 
 
 





Hit-Parade









Pour nous écrire




Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 

Nancy Huston


Nancy Huston, une auteure anglophone du Canada, vit à Paris depuis 25 ans et écrit ses livres en français.
Bibliothèque Livresse
Dolce Agonia
Sur le web
Dossiers Nancy Huston
Profile : Nancy Huston (anglais)
À lire
Une Canadienne à Paris, or is she ?
Cette plume anglophone qui écrit en français
Une Canadienne à Paris, or is she ?

LIVRESSE (26 février 2000) – Elle est Parisienne d'adoption. Elle a vécu une adolescence américaine. Ses parents ont célébré sa naissance dans les plaines de l'Ouest canadien. Elle est surtout l'une de ces rares plumes qui écrivent, avec succès, des oeuvres littéraires dans une langue «étrangère».

Nancy Huston, à qui l'on doit entre autres L'Empreinte de l'ange, Nord perdu et Le Cantique des plaines, revient en mars avec un nouveau roman français, Dolce agonia.

Le parcours de l'auteure Nancy Huston, Prix Goncourt des lycéens 1996 et aussi Prix du Gouverneur général 1993, et plusieurs mises en nomination pour d'autres prix prestigieux, n'a rien d'ordinaire.

Celle qui parle avec un accent «juste assez français» ou encore un «léger accent charmeur et chantant», cela dépend de qui l'interroge, un Québécois ou un Français, traduit elle-même ses livres. Du français à l'anglais. De l'anglais au français.

Établie à Paris depuis plus de 20 ans, elle est davantage connue sur le marché littéraire francophone. Au Canada anglais, on la «boude». Est-ce vraiment une auteure canadienne, elle qui vit en France, qui a été éduquée aux États-Unis et qui écrit des best-sellers en français ?

Traduction ou oeuvre originale ?

Nancy Huston a même suscité la controverse au Québec, en 1993, lorsqu'elle a remporté le prix du Gouverneur général pour son Cantique des Plaines, dans la catégorie nouvelles et romans français.

Des voix s'élevèrent. «Comment ça ? Elle n'est n'y Québécoise ni francophone». Et le Cantique des Plaines étaient de surcroît une traduction, la sienne bien sûr, d'un livre qu'elle avait rédigé en anglais, Plainsong.

«Je revendique le fait d'être l'auteur des deux versions, c'est tout», avait-elle répondu.

Elle avait aussi expliqué, dans une lettre au Conseil des arts du Canada, que «le Cantique des Plaines n'est pas qu'une simple traduction de Plainsong; c'est une deuxième version originelle du même livre».

Elle a conservé son prix mais, six ans plus tard, le Conseil des arts a refusé que le livre «The Mark of the Angel» soit admissible aux Prix du Gouverneur général. C'était une «version réécrite en anglais» de L'Empreinte de l'ange. Les deux livres sont de Nancy Huston bien sûr.

Déracinée et expatriée

Les controverses de sa vie ne sont pas que littéraire mais c'est tout de même par l'écriture qu'elles s'expriment.

Comme son déracinement culturel, dans Nord perdu, où les qualificatifs comme «exilée» ou «expatriée» viennent exprimer ses «complexités identitaires».

Ou encore comme dans Prodige, où on retrouve le thème de la mère que «cherche» Huston qui a été abandonnée par la sienne alors qu'elle était enfant.

Ses racines, Nancy Huston y revient souvent. Comme le fait qu'elle soit une «étrangère» sur le sol littéraire français. Mais pas mal à l'aise. Au contraire, elle affirme que l'image littéraire de la France, dans le monde, a été forgée par des gens nés hors de l'Hexagone.

«Aujourd'hui, le hasard a voulu que je déjeûne avec un Egyptien, prenne le thé avec un Belge et dîne avec un Bulgare – tous trois écrivains installés en France depuis de longues années», écrivait-elle, le 9 décembre dernier, dans les pages de Libération.

Le hasard a aussi voulu ce jour-là, qu'elle parle d'un autre expatrié, Michael Ondaatje, un écrivain sri-lankais établi au Canada, à qui l'on doit deux grands livres, Le Patient anglais et Le Fantôme d'Anil, deux oeuvres pour lesquelles il a reçu des prix littéraires.

Biographie

Nancy Huston est née en 1953 à Calgary, en Alberta (Canada). Alors qu'elle est âgée de quinze ans, sa famille déménage à Boston, aux États-Unis. Elle étudiera à l'Université Sarah Lawrence de New-York puis aura l'occasion de poursuivre ses études pendant un an à Paris, en 1973. Mais elle s'attachera et y décrochera, sous la supervision de Roland Barthes, une maîtrise de l'École des Hautes études en Sciences sociales. Aujourd'hui, Mme Huston vit à Paris et au Berry, avec son conjoint et ses deux enfants.









Pour écrire à Livresse.com : cliquez ici